Ados1

Un travail d’équipe

Passage obligé entre l’enfance et l’âge adulte, l’adolescence ouvre vers de larges horizons inconnus, parsemés d’embûches : affirmation de soi, choix d’une orientation professionnelle, découverte de la sexualité, etc. En même temps, elle s’accompagne du renoncement à l’enfance et d’un détachement envers les parents.

L’adolescent(e), disait Françoise Dolto, est comparable au homard qui, une fois sa coquille tombée, est obligé d’aller se cacher sous les rochers, le temps de sécréter une nouvelle coquille. Vulnérable à toute sortes de sollicitations, l’adolescent(e) tend alors parfois à compenser son manque de défense par des changements d’attitudes soudains et variés, des comportements excessifs, voire déviants.

Les tumultes de l’adolescence, associée parfois à un âge ingrat, font des ados une sorte de groupe social « à part », peut-être oublié, avec lequel les parents, mais aussi les éducateurs et la société en général, ne savent pas trop bien comment communiquer. Pourtant, cette période délicate est celle au cours de laquelle le jeune bâtit pas à pas, en trébuchant parfois, son autonomie affective et relationnelle.

L’adolescent n’est pas seul dans cette traversée incertaine. Souvent, cette période constitue une phase de profonde remise en question pour la famille toute entière. Certaines d’entre elles ne parviennent pas à trouver suffisamment de ressources internes pour l’assumer. Il peut en résulter alors de nombreuses difficultés, que GAÏA et ses partenaires tentent d’appréhender avec toute l’attention nécessaire.

Ados2

Partenaires

CONTACT GAÏA :

Larbi
Larbi KASMI
04 76 71 95 79

Une mission d’animation sociale et de prévention

La mission correspond  à la volonté  de Ville de corriger  autant  que possible les inégalités  et  handicaps  que  peuvent  subir  certains  jeunes dans  leurs  parcours  éducatifs, sociaux  et  d’insertion  professionnelle du  fait  de  leur  histoire   ou  des situations  vécues (situations  scolaires, sociales, familiales, résidentielles, sanitaires, économiques…).  Ce volet

ne s’adresse donc pas à l’ensemble  des jeunes mais aux jeunes (et à leurs familles) repérés comme étant confrontés  à des difficultés ou à des risques tels qu’ils sont de nature  à compromettre leur insertion  sociale. C’est en cela que les actions attendues  ici s’inscrivent dans le champ de l’animation sociale (distincte  de l’animation socioculturelle pour tous) et de la prévention (des risques socioéducatifs).

 

De fait, les modalités  d’intervention attendues  se rapprochent de celles à l’œuvre  dans le champ   de   la  prévention   spécialisée  avec  la  conjugaison   des  trois   leviers suivants  : accompagnement   individuel   des  jeunes  (soutien   scolaire…) L’ accompagnement   collectif (groupes  de  jeunes  existants  de  fait   ou  constitués   dans  le  cadre  de  la  mission)  et intervention auprès de l’environnement des jeunes (famille, voisinage…).

 

Engagements du délégataire

 

Pour ce troisième  volet la demande sociale est également à construire  avec les publics visés et en lien avec les partenaires également concernés par ces publics (enseignants, travailleurs sociaux, chargés d’insertion…).  Les actions  comprises  dans ce volet  de la mission doivent s’inscrire dans le schéma suivant :

 

Des dispositifs permettant de repérer  le public visé, dont notamment :

o     Les actions de droit commun déjà décrites dans les deux premiers volets;

o     Un soutien scolaire en partenariat avec l’éducation  nationale;

o              Une présence régulière dans les espaces publics dans les moments  où ceux-ci sont les plus investis par les jeunes et à l’occasion de manifestations locales drainant un important public jeune ;

o     Des coopérations  étroites  avec l’ensemble  des acteurs (enseignants et autres personnels  des établissements   scolaires, travailleurs   sociaux, responsables associatifs, gendarmes  et  policiers  municipaux,  élus municipaux,  unions  de quartier   ou  syndic  de  copropriété,  centre   Agathe,   mission   locale…)  en situation  de repérer  les jeunes confrontés  à des difficultés ou à des risques socioéducatifs;

o     Des coopérations  étroites  avec les acteurs  intervenant dans le  champ  de

l’enfance  de façon à saisir les situations  le plus en amont  possible : écoles, services municipaux en charge des accueils périscolaires, centre social, accueil de loisirs intercommunal, associations…

Ados2